Elections Canada Magazine Online

Nourrir plusieurs bouches en respectant son budget

C’est en se concentrant sur le coût par portion et en optimisant au maximum les produits qu’elles achètent que deux mères de familles nombreuses réussissent à bien se nourrir en suivant un budget rigoureux.

« Quand je vois des paquets de bœuf haché ou de poulet en spécial, je saute dessus et j’en achète plusieurs, au moins cinq ou six, raconte Natacha Lépine, de Saint-Pie, en Montérégie. Ce qui me sauve, c’est que j’ai trois congélateurs, ça ne me dérange pas de geler des choses pour plus tard. »

Pour la maman de neuf enfants âgés de trois à 14 ans, l’épicerie devient la dépense principale de la « petite » famille, qui peut consacrer jusqu’à 1700 $ par mois seulement à la nourriture.

Ce qui fait environ 155 $ par personne par mois, soit 55 $ de moins que ce que Le Journal a permis d’utiliser à une famille de Montréal qui devait faire l’expérience de couper de moitié son budget alloué à l’épicerie. C’est environ 840 $ qu’il reste à une famille de quatre, dont deux parents travaillent au salaire minimum pour se nourrir.

Loin d’être riches

« On n’a jamais manqué de rien ici. Nous sommes loin d’être riches, mais on fait des choix logiques pour y arriver. Par exemple, on n’achète jamais d’alcool », souligne Mme Lépine, 34 ans.

De son côté, Denise Jones, de Cowansville, optimise le plus possible les produits qu’elle achète pour arriver à bien faire manger les sept membres de son ménage, même si tout son salaire y passe.

« J’achète du vrai poulet de grain de la boucherie. Pas celui du supermarché qui est gonflé d’eau, illustre cette préposée aux bénéficiaires de 36 ans. Mon salaire de 13,05 $ l’heure sert entièrement à payer l’épicerie. »

Avec un poulet de 15 livres, elle arrive à concocter trois soupers pour l’ensemble du ménage, soit quatre enfants âgés de 13 à 17 ans ainsi qu’un colocataire qui aide à payer grâce au loyer de sa chambre. Mais il est inclus dans les bouches à nourrir.

Elle estime dépenser 1500 $ par mois en épicerie et pharmacie, soit 214 $ par personne, un montant semblable à ce dont disposait la famille qui s’est nourrie au salaire minimum dans le dossier publié le week-end dernier.

Ils peuvent se permettre des légumes frais tous les soirs et du steak régulièrement. Il fut une époque où les pâtes étaient un peu trop présentes dans les assiettes de ses enfants et où la macédoine en conserve remplaçait les légumes frais, se souvient-elle.



Categories:   Les Actualités

Comments

Sorry, comments are closed for this item.