Elections Canada Magazine Online

Un agent de la SQ sauve un homme d’une mort atroce

L’instinct d’un policier lui a permis de sauver la vie d’un homme qui était resté coincé sous son véhicule tout-terrain pendant 15 heures au beau milieu d’un lac.​

« Il était congelé quand je l’ai trouvé… il me disait qu’il s’en allait. Que c’était terminé pour lui et qu’il n’était pas capable d’attendre les renforts », raconte au Journal l’agent de la Sûreté du Québec, Martin Paquette.

Le matin du 19 janvier, vers 7 h, le policier de 41 ans a reçu un appel d’une femme qui s’inquiétait de ne pas avoir eu de nouvelles de son conjoint depuis la veille en fin d’après-midi.

L’homme d’une cinquantaine d’années demeure à Lambton, en Estrie, près de Lac-Mégantic, mais sa femme habite une autre maison.

Intuition

« Des gens qui ne répondent pas à leur texto, il n’y a habituellement pas d’urgence à aller là. Mais la dame m’a convaincu en me disant que le monsieur était très assidu sur ses messages textes et qu’il y avait quelque chose d’anormal », relate M. Paquette.

Sous le coup de l’intuition, le policier s’est rendu chez l’homme. Il n’y avait personne dans la maison ni dans le garage, où se trouvait toutefois le véhicule du disparu.

« J’ai été voir dans la cabane de pêche, en face, sur le petit lac Lambton. Les lignes étaient à l’eau, mais elles étaient prises dans la glace et il n’y avait personne », se rappelle M. Paquette.

« En sortant, j’ai vu une tache noire à environ 1 kilomètre plus loin sur le lac. Ça avait une drôle de forme. Je n’étais pas habillé chaudement, mais j’ai décidé d’aller jeter un coup d’œil », poursuit-il.

Sauvetage

Rendu à une trentaine de mètres, il a compris qu’il s’agissait d’un VTT renversé sur le dos sous lequel étaient coincées les chevilles d’un homme, immobile.

« J’étais certain qu’il était mort, la chaleur de son corps avait creusé un trou dans la neige et il était couché directement sur la glace. Je lui ai parlé et il a bougé la tête. Il était très faible et m’a dit qu’il avait mal aux jambes. Je n’osais pas le bouger », poursuit le policier.

Celui-ci a appelé des renforts du service des incendies de Lambton. Il a ensuite retiré ses gants pour les mettre sur les mains congelées de l’homme.

« J’ai ouvert mon manteau et je me suis couché sur lui pour le protéger du vent du lac jusqu’à ce que les secours arrivent. Mon but, c’était de lui parler sans arrêt pour qu’il reste avec moi », ajoute le héros.

Sain et sauf

L’homme a tenu bon et a été transporté à l’hôpital de Lac-Mégantic.

Le policier est retourné le voir plus tard en après-midi. Sa vie était hors de danger et il reprenait déjà des forces, dit-il.

Les deux hommes n’ont pas eu l’occasion de se parler depuis l’incident. La victime, qui est toujours à l’hôpital, n’a pas répondu à la demande d’entrevue du Journal.

C’est la première fois en 16 ans de métier que Martin Paquette vit ce genre de situation. Il se dit très heureux d’avoir pris la décision de se rendre chez l’homme ce jour-là après l’appel de sa femme.

« C’est un appel qui aurait pu être traité autrement. Je n’avais aucune raison de croire que l’homme était en danger et il ne lui en restait pas pour longtemps », dit-il.



Categories:   Les Actualités

Comments